Roseraies ardèchoises, la saison 2017

La Roseraie des Pommiers à Largentière 07110

et son restaurant ouvrent à partir du 1 mai et jusqu’à fin septembre de 11h du matin à la nuit
– Renseignements et réservations 06 46 86 07 16
– Visites guidées les samedi 20 et  27 mai et le 3 juin et les dimanche 21 et  28 mai et 4 juin (et le lundi de Pentecôte 5 juin) à 10h, sur inscription.
Tel.  04 75 88 30 56

 

La Roseraie de Berty à Ruoms 07120

ouvre à partir du samedi 20 mai tous les jours même fériés de 10h à 18h jusqu’à mi-juin

– Plus de 140 variétés différentes proposées à la vente en conteneur.

– Renseignements
Tel. 04 75 88 30 56

 

 

Aller sur le site des roseraies ardèchoises

Contact : Eléonore Cruse, eleonore@roseraie-de-berty.com

Les Jardins de Brogieux (07) Une passion botanique au temps des Lumières

« Dans le nord de l’Ardèche, à quelques kilomètres au sud-ouest d’Annonay, les jardins de Brogieux s’étagent en terrasses face à un panorama immense qui conduit le regard jusqu’à la chaîne des Alpes. Cet ensemble harmonieux, savamment composé, porte toujours la forte empreinte de l’« honnête homme » pénétré de l’esprit des Lumières qui en dirigea les aménagements. »

 

Attention, plantes TOXIQUES!

Elles sont partout ! Dans nos jardins, sur nos balcons, dans nos bois et forêts, au détour d’une allée, elles attendent que vous succombiez au fruit défendu et que vous les mangiez. Ce sont des tueuses de l’ombre, cachées sous de beaux oripeaux. On en compte plusieurs dizaines rien qu’en France. Voici les plus dangereuses…

  • La belladone   
  • Le chèvrefeuille   
  • Le laurier-rose   
  • Le muguet   
  • Le ricin  
  • Le gui   
  • La grande ciguë   
  • Le buis
  • Le colchique

Alors, prudence !

Consultez l’avis de Jean-Claude MOIRON

Fichier « PowerPoint » : plantes_toxiques1

Le buis sera-t-il sauvé par un amendement législatif ?

INFO LE FIGARO (publié le 10/02/2017)

Les gestionnaires de jardins et espaces verts publics pourront continuer à employer des fongicides chimiques contre les parasites qui menacent la survie de cet arbuste emblématique.

Est-ce bientôt la fin du tunnel pour les buis? Ces arbustes emblématiques des jardins à la française sont victimes d’attaques parasitaires particulièrement virulentes. C’est le cas de la tristement célèbre pyrale du buis dont la voracité ne manque pas de défrayer la chronique depuis quelques années au risque, parfois, de voler la vedette à deux autres ennemis, plus insidieux mais non moins redoutables: Cylindrocladium et Volutella.

À la différence de la pyrale, contre laquelle une méthode de lutte biologique à base de Bacillus thuringensis (Bt) est maintenant au point, ces deux champignons microscopiques sont en effet quasiment hors de contrôle. Sauf à utiliser des fongicides chimiques dont l’emploi est interdit, conformément à la loi Labbé modifiée en 2015, dans les jardins et espaces verts du domaine public depuis le 1er janvier dernier avant de l’être chez les particuliers en 2019.

Les broderies de Versailles

Buis atteint de cylindrocladiose. Photo: Dominicus Johannes Bergsma sous licence CC.

En mai 2016, Louis-Jean de Nicolaÿ, sénateur de la Sarthe, avait interpellé le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, en lui demandant «d’intervenir sur la menace que ces champignons représentent pour la survie des buis et dont l’impact sur les jardins au niveau culturel, économique, touristique (en termes de fréquentation mais aussi d’emplois) serait désastreux si rien n’était engagé». Difficile en effet d’imaginer Versailles ou Vaux-le-Vicomte sans leurs splendides broderies

Le message a été reçu 5 sur 5. Jeudi dernier, un amendement porté par le sénateur des Vosges, Daniel Grémillet, a été approuvé par la commission mixte paritaire de l’Assemblée nationale et du Sénat. Ce texte donne la possibilité, à titre dérogatoire, aux collectivités territoriales et aux gestionnaires de domaines appartenant à l’État, d’utiliser des produits phytopharmaceutiques classiques lorsque la survie d’une espèce végétale d’intérêt patriomonial ou biologique est en jeu et qu’aucune solution alternative n’existe. Or c’est justement le cas du buis.

Jusqu’au 1er janvier 2019, les propriétaires de jardins privés accueillant du public peuvent continuer à recourir à des fongicides chimiques de la famille des triazoles, sous réserve de faire appel à un professionnel agréé, titulaire du fameux Certiphyto. Mais après la loi le leur interdira. «D’ici là, on peut espérer que des méthodes de biocontrôle seront disponibles et que les variétés tolérantes aux champignons, actuellement en cours d’introduction, auront fait leurs preuves, sinon il faudra repartir au combat», confie Louis-Jean de Nicolaÿ.

La Bonne Maison a ouvert ses portes le 1er mars

  Le printemps est arrivé en douce, les abeilles se bousculent, et hésitent entre Galanthus, Crocus, Cyclamens coum, Hellébores et Bruyères.

Sonnez la cloche au n° 101. Venez découvrir les bulbes du Jardin Secret qui se sont multipliés par centaines, l’allée des narcisses qui promet d’être très belle.

Pour les parfums, les Viburnum, les Daphné, les Sarcoccoca humilis et le délicieux Abeliophyllum vous étonneront.

Les narcisses et tulipes pointent leurs feuilles par centaines en bordure des sous-bois et sous les pivoines

Le jardin de La Bonne Maison  a ouvert ses portes le mercredi 1er mars ; les visiteurs sont les bienvenus, de 9h30 à 12h30, tous les jours sauf le dimanche.

  • Le jardin sera exceptionnellement ouvert le dimanche 28 mai de 10h00 à 13h et de 15h à 18h au bénéfice de l’Association ‘Jardin Art et Soin’. 
  • Ouvert pour le WE des Jardins le samedi 3 et le dimanche 4 juin de 9h30 à 13h et de 15h à 18h.

Entrée : 10€ reversée à JAS

La Bonne Maison vous attend, vous pouvez entre temps contacter la propriétaire par courriel. 

Odile Masquelier
La Bonne Maison   101 chemin de Fontanières    
69350 La Mulatière     France
Website : http://labonnemaison.org
Email : contact@labonnemaison.org
Phone : +33 (0)4 78 37 38 37

Le Jardin des Cinq Sens (74) sur France 3

Le célèbre et sympathique Jamy a rendu visite au Jardin des Cinq Sens à Yvoire (74) pour découvrir le jardin et ses coulisses.
Le chef jardinier Matthieu livre quelques une de ses astuces de jardinier ! 

Pour visualiser l’in des 3 extraits de l’émission en « Replay »   CLIQUER ICI
Descendre dans la page et choisir l’un des 3 extraits de l’émission : l’arrivée au jardin, la partie des plantes médicinales, la salle de repos des plantes.

Pour aller sur le site web du jardin   CLIQUER ICI

Pour aller sur la fiche descriptive du jardin   CLIQUER ICI

La monographie des Cornus d’André Gayraud

La monographie des Cornus, un livre d’André Gayraud

« La monographie des Cornus », unique en son genre, est résultat de 5 années de travail et de recherche. André Gayraud retrace l’histoire botanique et horticole à travers les cinq continents des Cornus auxquels il a voué, selon ses propres mots, une véritable passion durant 50 ans.

Ce livre recense 620 variétés de Cornus avec des photos et une description botanique et scientifique de chaque espèce.

Le livre est traduit en 6 langues (italien, français, espagnol, portugais, anglais et allemand). 223 pages, 21×29,7 cm

© éditions Giogio Tezi, commander sur le site de l’éditeur

André Gayraud, le paysagiste aux mille jardins

andregayraudEn 60 ans, André Gayraud a créé plus de 1000 parcs et jardins d’exception en France, en Suisse et en Angleterre.
Né au sud de la Bourgogne, il est fils, petit-fils et arrière petit-fils d’une famille de professionnels du jardinage.
En 1952, à l’âge de 14 ans, qu’il rentre comme apprenti dans l’entreprise familiale pour créer le secteur ‘Parcs et Jardins’ au sein de .
Il démarre sa propre activité de paysagiste en 1965 à Bourg-en-Bresse. Il se distingue rapidement grâce à sa passion pour l’‘Art des Jardins’. Il créé une pépinière de 12 hectares pour y cultiver des arbres et des arbustes de collection; il y introduit immédiatement une grande collection de Cornus.
En France ou à l’étranger de nombreuses personnalités confient leurs jardins à André Gayraud, qui ne manque jamais d’y installer au moins un Cornus.

André Gayraud est un ami fidèle de « Parcs et Jardins de Rhône-Alpes ». Une fois de plus ses commentaires furent passionnants lors de l’Assemblée Générale de l’Association.

Rencontre avec André Gayraud.

 

 

« JARDINER AUTREMENT »

Le 5 septembre dernier, à Annecy le Vieux, la conférence « Jardiner Autrement » de Jean-Claude MOIRON au profit de la Ligue contre le Cancer a enchanté un public très curieux et très attentif.

CLIQUER ICI pour visualiser l’article de presse concernant cette conférence

CLIQUER ICI pour voir le jardin de Jean-Claude Moiron à Annecy le Vieux

Ancien responsable des espaces verts de la Ville d’Annecy, Jean –Claude Moiron est un passionné de botanique, de technique et un perfectionniste.

Son jardin reflète cette exigence. Il présente une grande diversité botanique, notamment pour les roses, les bulbeuses, les vivaces et les arbustes mais ne tolère ni maladies, ni herbes indésirables, un résultat qui est le fruit d’un travail quotidien, d’une attention et d’un contrôle permanents.

Ici jardiner autrement n’est jamais synonyme de laisser – aller, d’à peu-près ou de désordre. 

Comme un grand nombre de professionnels, il a connu et surtout participé à l’évolution des mentalités vers une horticulture plus respectueuse de l’environnement. Jean-Claude Moiron a été pionnier en matière de fleurissement et de la réduction des produits phytosanitaires dans les villes…

Adhérents PJRA :
Consultez l’article « Jardiner autrement »

 

 

Jardin Art et Soin

Jardin Art et Soin, une action qui nous concerne tous.

Le guide vous permet d’accéder directement à la région qui vous intéresse par le sommaire interactif ou par les vignettes de page.

En page 4, l’éditorial du Professeur Alain Calender Président fondateur de JAS, Médecin des Hôpitaux de Lyon

Pages 78 à 92, les 36 jardins participants de la région Rhône-Alpes 

Pour accéder au guide, cliquez sur l’image.14 Jardin Art et Soin Guide des jardins 2014