Le Jardin des Cinq Sens (74) obtient un nouveau prix pour ses 30 ans

 site du Jardin des Cinq Sens 

30 ANS DE PASSION RÉCOMPENSÉS 

Au printemps 1988, Yves et Anne-Monique d’Yvoire ouvrent pour la première fois les portes de leur jardin après 2 ans de travaux. Le projet, élaboré en collaboration avec Alain Richert et André Gayraud, donne naissance à un jardin d’inspiration médiévale totalement ancré dans son époque : une promenade sensorielle dans un labyrinthe végétal.

30 ans plus tard, à l’heure où chacun tente sans cesse de se connecter à un monde virtuel et instantané, la visite du Jardin des Cinq Sens offre, quand à elle, de prendre le temps (Festina lente) de retrouver le lien fort qui unira toujours les hommes aux plantes, se reconnecter à l’essentiel.

 Obtention du PRIX VMF « Réhabilitation de Jardin »

Créée en 1958 par Anne de Amodio et reconnue d’utilité publique en 1963, l’association Veilles Maisons Françaises se consacre à la sauvegarde et à la mise en valeur du patrimoine bâti et paysager depuis près de 60 ans.

Voulant jouer un rôle de découvreur, le prix s’attache à dénicher et faire connaître des sites où s’illustrent l’originalité et la créativité, en adéquation avec l’esprit des lieux. Ce prix est remis par un jury constitué, entre autre, de Michel Audouy, enseignant à l’École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles, Chantal Colleu-Dumond, directrice du domaine et du festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire et Véra de Commarque, vice présidente du Comité des Parcs et Jardins de France. Matthieu Constans, chef jardinier du Jardin des Cinq Sens accompagnait les créateurs Yves et Anne-Monique d’Yvoire à la remise des prix qui a lieu mardi 26 juin à Paris.

 Labellisé parmi les «Plus Beaux Jardins de France»

Vaux le Vicomte, Villandry, Chantilly, Courson, Eyrignac… Ces célèbres jardins, fleurons de l’art paysager, constituent le noyau de l’association créée afin de valoriser les jardins privés ouverts au public.

Au départ, rien ne prédestinait le Jardin des Cinq Sens, situé au coeur du bourg médiéval d’Yvoire, à cotoyer ces vastes parcs à la Française. Après une visite suprise de Capucine et Patrick Sermadiras, propriétaires des jardins d’Eyrignac, l’association invite officiellement le Jardin des Cinq Sens à faire partie des «Plus Beaux Jardins de France» pour sa qualité, la richesse de ses collections et son originalité.

 Yvoire Jazz Festival

Le prochain rendez-vous spécial du jardin : vendredi 6 et samedi 7 juillet 2018. A l’occasion de ses 30 ans, Le Jardin des Cinq Sens s’associe au Jazz Festival pour habiller de notes musicales ses allées. A partir de 17h30, la dernière heure d’ouverture du jardin sera l’occasion d’un concert intimiste… où le nombre d’auditeurs sera limité. Soyez au rendez-vous pour pouvoir y assister.

Redécouverte et restitution d’un grand parc en Dauphiné

Le château de Vertrieu est majestueusement planté sur les bords du Rhône à l’endroit où il quitte les montagnes pour entrer dans la plaine de l’Ain.
Le parc, IMH, se compose de deux parties : une partie Est, oeuvre des Luizet père et fils et une partie Ouest, dessinée par Claude Perret pour Léonard Bathéon en 1714 ancêtre des propriétaires actuels.
Le parc est en cours de restauration à l’aide de documents de l’époque, de relevé topographique et de conseils professionnels.

Au delà des travaux eux-mêmes, dont les premiers éléments préparatoires ont été engagés il y a près de 30 ans, c’est l’histoire de la restitution de ce parc depuis sa conception à la fin du règne de Louis XIV que nous livrent Isabelle et Régis de Laroullière, propriétaires des lieux.

Cette communication fait suite à la visite d’adhérents de PJRA en septembre 2017.

Redécouverte et restitution d’un grand parc en Dauphiné  

Maladie des buis, revue de presse

La revue de presse de Vertrieu (38), mise à jour le 17/05/17

SOMMAIRE
Date de parution/ source/ sujet

  • 21/04/2017 AFP: Sauver les buis, des derogations et des debuts de solution
  • 21/04/2017 Le Parisien: Sauver les buis, des derogations et des debuts de solution
  • 21/04/2017 France bleu: Vertrieu veut protéger ses derniers buis contre la redoutable pyrale
  • 22/04/2017 le dauphine.com: Mobilisation contre la pyrale du buis
  • 24/04/2017 lefigaro.fr: La pyrale du buis a déjà commencé à servir !
  • 25/04/2017 france3- regions.francetvinfo.fr: Pour lutter contre la pyrale du buis, pesticides chimiques, micro-guêpes ou phéromones ?
  • 28/04/2017 le courrierliberte.fr Vertrieu : vigilance et mobilisation générale pour protéger et sauver le buis français
  • 14/05/2017 leberry.fr : Les champignons ennemis des buis

POUR LIRE & TELECHARGER LA REVUE DE PRESSE
 CLIQUER ICI 

Attention, plantes TOXIQUES!

Elles sont partout ! Dans nos jardins, sur nos balcons, dans nos bois et forêts, au détour d’une allée, elles attendent que vous succombiez au fruit défendu et que vous les mangiez. Ce sont des tueuses de l’ombre, cachées sous de beaux oripeaux. On en compte plusieurs dizaines rien qu’en France. Voici les plus dangereuses…

  • La belladone   
  • Le chèvrefeuille   
  • Le laurier-rose   
  • Le muguet   
  • Le ricin  
  • Le gui   
  • La grande ciguë   
  • Le buis
  • Le colchique

Alors, prudence !

Consultez l’avis de Jean-Claude MOIRON

Fichier « PowerPoint » : plantes_toxiques1

Le buis sera-t-il sauvé par un amendement législatif ?

INFO LE FIGARO (publié le 10/02/2017)

Les gestionnaires de jardins et espaces verts publics pourront continuer à employer des fongicides chimiques contre les parasites qui menacent la survie de cet arbuste emblématique.

Est-ce bientôt la fin du tunnel pour les buis? Ces arbustes emblématiques des jardins à la française sont victimes d’attaques parasitaires particulièrement virulentes. C’est le cas de la tristement célèbre pyrale du buis dont la voracité ne manque pas de défrayer la chronique depuis quelques années au risque, parfois, de voler la vedette à deux autres ennemis, plus insidieux mais non moins redoutables: Cylindrocladium et Volutella.

À la différence de la pyrale, contre laquelle une méthode de lutte biologique à base de Bacillus thuringensis (Bt) est maintenant au point, ces deux champignons microscopiques sont en effet quasiment hors de contrôle. Sauf à utiliser des fongicides chimiques dont l’emploi est interdit, conformément à la loi Labbé modifiée en 2015, dans les jardins et espaces verts du domaine public depuis le 1er janvier dernier avant de l’être chez les particuliers en 2019.

Les broderies de Versailles

Buis atteint de cylindrocladiose. Photo: Dominicus Johannes Bergsma sous licence CC.

En mai 2016, Louis-Jean de Nicolaÿ, sénateur de la Sarthe, avait interpellé le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, en lui demandant «d’intervenir sur la menace que ces champignons représentent pour la survie des buis et dont l’impact sur les jardins au niveau culturel, économique, touristique (en termes de fréquentation mais aussi d’emplois) serait désastreux si rien n’était engagé». Difficile en effet d’imaginer Versailles ou Vaux-le-Vicomte sans leurs splendides broderies

Le message a été reçu 5 sur 5. Jeudi dernier, un amendement porté par le sénateur des Vosges, Daniel Grémillet, a été approuvé par la commission mixte paritaire de l’Assemblée nationale et du Sénat. Ce texte donne la possibilité, à titre dérogatoire, aux collectivités territoriales et aux gestionnaires de domaines appartenant à l’État, d’utiliser des produits phytopharmaceutiques classiques lorsque la survie d’une espèce végétale d’intérêt patriomonial ou biologique est en jeu et qu’aucune solution alternative n’existe. Or c’est justement le cas du buis.

Jusqu’au 1er janvier 2019, les propriétaires de jardins privés accueillant du public peuvent continuer à recourir à des fongicides chimiques de la famille des triazoles, sous réserve de faire appel à un professionnel agréé, titulaire du fameux Certiphyto. Mais après la loi le leur interdira. «D’ici là, on peut espérer que des méthodes de biocontrôle seront disponibles et que les variétés tolérantes aux champignons, actuellement en cours d’introduction, auront fait leurs preuves, sinon il faudra repartir au combat», confie Louis-Jean de Nicolaÿ.

La Bonne Maison a ouvert ses portes le 1er mars

  Le printemps est arrivé en douce, les abeilles se bousculent, et hésitent entre Galanthus, Crocus, Cyclamens coum, Hellébores et Bruyères.

Sonnez la cloche au n° 101. Venez découvrir les bulbes du Jardin Secret qui se sont multipliés par centaines, l’allée des narcisses qui promet d’être très belle.

Pour les parfums, les Viburnum, les Daphné, les Sarcoccoca humilis et le délicieux Abeliophyllum vous étonneront.

Les narcisses et tulipes pointent leurs feuilles par centaines en bordure des sous-bois et sous les pivoines

Le jardin de La Bonne Maison  a ouvert ses portes le mercredi 1er mars ; les visiteurs sont les bienvenus, de 9h30 à 12h30, tous les jours sauf le dimanche.

  • Le jardin sera exceptionnellement ouvert le dimanche 28 mai de 10h00 à 13h et de 15h à 18h au bénéfice de l’Association ‘Jardin Art et Soin’. 
  • Ouvert pour le WE des Jardins le samedi 3 et le dimanche 4 juin de 9h30 à 13h et de 15h à 18h.

Entrée : 10€ reversée à JAS

La Bonne Maison vous attend, vous pouvez entre temps contacter la propriétaire par courriel. 

Odile Masquelier
La Bonne Maison   101 chemin de Fontanières    
69350 La Mulatière     France
Website : http://labonnemaison.org
Email : contact@labonnemaison.org
Phone : +33 (0)4 78 37 38 37